Divin automne…

Ne cherchez pas comment ça se dit, c’est comme le divin enfant…. Car divin, l’automne l’est, c’est sur ! Comme pour se faire pardonner de prendre la place de l’été (grossier, avec son soleil et son ciel tout bleu, sans nuance… arf arf !), il nous offre ses trésors, les fabuleux champignons sauvages.  Eh oui, première cueillette, premier succès !

Et non des moindres : en plus de mes adorées trompettes de la mort, qui m’ont permis de préparer le fameux risotto aux trompettes, dame forêt nous a offert des cèpes, en Normandie, ce n’est pas si courant (à l’inverse des pieds bleus, délicieux mais boudés chez nous…). On n’a même pas ramassé les bolets, c’est vous dire ! des cèpes énooormes, et à peine goûtés par les escargots et autres limaces, placés aux premières loges. Serait-ce un effet du réchauffement climatique ? (si je dis que c’est une heureuse conséquence, je ne vais pas me faire d’ami… mais il faut savoir apprécier le positif dans toute situation, si regrettable soit-elle, non ?). Enfin, ce weekend fut gourmet, j’vous jure : dimanche midi, sitôt cueillis, sitôt fricassés, les cèpes, avec une petite brouillade :

Dimanche soir : nous avons montré notre cueillette à nos voisins, et néanmoins amis (si, si ! c’est possible, en vrai ! même que Valérie a fait les belles photos de cet article) : erreur fatale, nous fûmes donc obligés, ou du moins nous sentions-nous comme tels, de partager le fruit du matin radieux… donc, en entrée, carpaccio de cèpes avec un soupçon d’huile d’olive, de vinaigre balsamique, du poivre blanc, un petit peu de sel, deux ou trois feuilles de roquette, et hop ! le tour était joué. Ce n’est pas si fréquent d’avoir sous la main de bon cèpes bien frais (en Normandie), il ne fallait pas se priver de les goûter crus. Un régal. Nous avons donc enchaîné avec le risotto aux trompettes… le meilleur du monde, paraît-il. Je ne suis pas certaine d’aller jusque là, mais c’était quand même vachement bon. Pour la recette, risotto classique, et cinq minutes avant la fin de la cuisson, vous ajoutez les trompettes précédemment revenues dans le beurre avec un peu d’ail et du persil.

Oui, je sais, je me vante, mais nom d’un p’tit lapin, j’ai l’impression que cette année est propice aux champis, j’espère donc vous donner l’envie d’emporter votre panier (pas de sac plastique qui gâterait vos champis très rapidement) en forêt pour rentrer heureux comme nous, avant de passer à table, devant un bonheur simple et gratuit !

Ils ont pas l’air niais, là, peut-être ?

21952574_788390731339941_57883383_o

Mon grand frère, ma mère, mon fils et sa copine ont déjà fait de bonnes cueillettes ces derniers jours, y’en a, c’t’année, j’vous jure !

Pour finir, une recette, quand même ! Ne serait-ce pas la raison d’être de ce blog ? Ce lundi soir, il me restait des cèpes, ben oui ! J’ai eu envie d’en faire autre chose, et voilà le résultat : une courge butternut farcie aux épinards et… aux cèpes, of course.

5 réflexions sur « Divin automne… »

  1. Je confirme… ce fut autant un régal pour les pupilles que pour les papilles ! Bravo Patricia pour ce talent de magnifier ce que Dame Nature nous offre. Merci pour ce moment, Les Voisamis.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s