Orthographe, mon amie…

Je vous vois venir, enfin, ceux qui me connaissent un peu ! Vous vous attendez à ce que je peste contre la simplification de l’orthographe. Cela pourrait être mon premier réflexe en effet, mais, avant de s’énerver, informons nous prestement des détails de l’affaire.

Me voilà donc à la recherche de ladite réforme, et je tombe sur la lettre du secrétaire perpétuel de l’Académie française, Mr Maurice Druon, au premier ministre, dont je ne citerai pas le nom, parce que, d’abord, vous le connaissez !

Alors permettez-moi de me gausser comme une baleine quand on nous parle de simplification…  Lisez plutôt :

« En ce qui regarde le participe passé des verbes pronominaux, pour lesquels l’application de la règle actuelle est souvent dite malaisée, et l’est effectivement  parfois, il est apparu aux experts que ces emplois ne peuvent être disjoints des emplois non pronominaux, et qu’une intervention sur tous les participes impliquerait des modifications trop importantes et nuisibles à la langue. Il n’est donc fait qu’une rectification : on généralisera l’invariabilité du participe passé de laisser dans le cas où il est suivi d’un infinitif, dont l’accord est  pour le moins incertain dans l’usage, en l’alignant sur celui de faire, qui reste invariable dans cette position.On écrira donc dans tous les cas : elle s’est laissé mourir sans accorder le participe (comme dans elle s’est  fait maigrir), et de même elle s’est laissé séduire (comme elle s’est fait féliciter), je les ai laissé partir (comme je les ai fait partir). Mais, de manière générale, on s’en tiendra à la règle qui permet d’écrire correctement, selon l’exemple fameux : « Que d’hommes se sont craints (avec un s),déplu (sans s) détestés (avec s), nui (sans s), haïs (avec s), succédé (sans s). » Car ce n’est presque plus là matière d’orthographe, mais déjà de syntaxe. Tous ces accords sont commandés par le sens, donc peuvent être clairement expliqués. Il s’agit d’apprendre à se poser une question : et c’est un fort bon exercice pour la pensée ». 

Je ne vais pas dire le contraire ! Arf arf ! Mais je n’ai pas envie d’être à la place de l’enseignant qui va expliquer ça à ses élèves en arguant que c’est quand même vachement plus simple qu’avant.

Je sais, vous vouliez une recette, et ben, non, pas aujourd’hui ! C’est votre punition, parce que vous avez fait trop de fautes en recopiant la dernière recette sur un vieux bout de papier tâché (taché ?) de gras ! Et puis d’abord, j’ai préparé un bon petit plat hier, mais il n’était pas si bon que ça (et les photos complètement nulles), alors vous attendrez que je le recommence et que j’en maîtrise les proportions. Alors, là, et seulement si vous maîtrisez parfaitement les nouvelles règles pour l’accent circonflexe, je vous livrerais les secrets que j’aurai percés ! Vous ne pensez qu’à vous goinfrer, ça me tue !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s